Loisirs et papotage

Chaque jour nous apporte son lot de petits bonheurs à mijoter, broder, lire ou simplement à papoter de tout et de rien... de nos passions culinaires, artistiques, de nos balades ou découvertes à partager tout simplement


Heures au format UTC [ Heure d’été ]



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 4495
Localisation: Bourgogne - Auxerre
Sexe: Féminin
Age: 59
Posté:  

Histoire de la broderie en France

Les Romains apportèrent avec leur art de vivre le raffinement de la broderie décorative. Cet art se pratique dans les couvents où les moines produisent pour le sacré. Catherine de Médicis, elle-même très habile dit-on à la broderie, la popularise à la cour de France. Le règne de Louis XIV avec Colbert, fils de marchand de draps, favorise le commerce du luxe. La Révolution française met fin aux grands ateliers des chasubliers qui brodaient pour l'Église. Il faudra attendre l'opulence du Second Empire pour que la broderie revienne à la pointe de la mode.

Voici comment Julie-Victoire Daubié, enfant de Fontenoy, qui ouvrit elle-même un bureau de broderie, résume l'histoire de la Broderie blanche :
« La broderie blanche sur tulle, mousseline, jaconas, etc., date du XVe siècle en France. Le Moyen Âge ne connaissait que la broderie sur soie et laine, qu'il réservait aux objets d'ornementation publique. C'est au XVIe siècle que les particuliers eurent le droit de porter des habits brodés, et, d'après le témoignage d'un auteur contemporain, ils en abusèrent au point de se rendre tout roides. Tel était sans doute ce fameux habit du duc de Saint-Simon, dont on ne voyait pas l'étoffe, entièrement cachée, dit-il, par les perles. »

Naissance de la broderie à Fontenoy le-Château (Vosges)
La vallée du Côney compte de nombreuses forges, la Manufacture royale de Bains-les-Bains, la Pipée, le Grurupt, Le Moulin aux Bois qui fournissent de l'ouvrage aux hommes.
Les femmes qui ne s'emploient pas aux forges y sont donc disponibles pour apprendre à broder. Une dame Chancerel, venant de Paris, installe en 1830 un atelier, école de broderie, aux environs de Vincey au domaine de La Laumont puis au domaine de Schamberg près de Remoncourt lorsque son gendre, Charles Bénier, en devient le régisseur en 1841. Son atelier prenant de l'ampleur, elle recherche du personnel à former. Un atelier ouvre à Fontenoy. Les monitrices et professeurs y sont huit femmes de Fontenoy qui avaient été pensionnaires et formées chez madame Chancerel soit à Schamberg soit à La Laumont8.
Dès lors toutes les femmes de Fontenoy quittèrent les champs, la quenouille et le fuseau pour l'aiguille de la brodeuse.
Mais aussi pour travailler sur un métier dit tambour ou rond, monté sur un pied à rotule ou bien sur un métier plat posé sur de légers tréteaux. La luxueuse broderie blanche ne s'exécute jamais sur le doigt mais toujours au métier. Ces métiers sont fabriqués à Fontenoy par d'habiles menuisiers.
La broderie faite sur un métier exigeant beaucoup de perfection, donne un salaire plus élevé, mais elle dévie la taille des enfants qu'on y applique trop jeunes.

L’âge d'or de la broderie de Fontenoy
Trois facteurs se sont conjugués pour favoriser le développement de la broderie à Fontenoy et alentour.
Les métiers à tisser mécaniques et les filatures industrielles qui se sont rapidement répandus dans les Vosges, après leur invention en Angleterre en 1821, permettent de fournir de grandes quantités de tissus à broder. Les expositions universelles et nationales démontrent à Paris ou à Londres le savoir-faire des brodeuses de Fontenoy et agrandissent le champ de prospection de la clientèle.
Les villes d'eau des Vosges fournissent une clientèle aisée qui apprécie le linge brodé. Plombières a les faveurs du couple impérial.
Les travaux les plus fins et les plus délicats se firent à Fontenoy ; on y broda pour l'Impératrice Eugénie des robes admirables ; toutes les dames de la cour voulurent aussi des broderies du pays, et bientôt il ne se fit pas un mariage royal ou princier dont la corbeille ne contînt à profusion des broderies sorties des mains magiques des fées de Fontenoy.
Les premiers bureaux de broderie sont administrés par des femmes instruites sachant rédiger du courrier commercial et tenir des comptes parfois compliqués.
Les premières maisons de broderie sont tenues par des facteurs en broderie faisant travailler directement ou en deuxièmes mains, pour les magasins de Paris.
Les recensements les nomment factrices en broderie ou placières en broderie. On relève les noms de Coralie Irroy en 1848, Henriette Mauchand en 1852, Joséphine Mathez en 1853, Zoé Tassard en 1855 et en 1862 sa cousine Julie Daubié13 dont l'atelier de broderie est cité dés 1854 dans l'almanach Bottin14. Ces facteurs ou placières, véritables chefs d'entreprises, fournissaient du travail aux brodeuses de Fontenoy et des environs. Elles écoulent leurs productions vers les magasins de Paris et les capitales étrangères. Les ouvrières brodeuses travaillent en atelier où à domicile. Le savoir se transmet dès l'enfance, oralement et par imitation.
En 1852, le docteur Bailly, directeur des eaux de Bains-les-Bains fait de Fontenoy cette description peu flatteuse mais révélatrice :
« C'est une vieille coquette dont la tournure élégante vous séduit encore à distance. Admirez de loin, n'approchez pas. La misère, la vétusté ont flétri, souillé tous ses ornements ; l'industrie du couvert battu y a noirci les figures et les maisons et cependant c'est de ses demeures sales et délabrées que sortent les fines broderies qui vont reparaître au milieu des salons dorés sur les blanches épaules des femmes du monde »
À Paris, l'Exposition universelle de 1855 fait la part belle à la broderie. Le département des Vosges est récompensé d'une grande médaille d'honneur. La broderie de Fontenoy-le-Château reçoit sa propre récompense, il est décerné à la commune de Fontenoy-le-Château, pour ses ouvrières brodeuses, une médaille de première classe16. Henriette Mauchand, reçoit, à titre personnel, une médaille pour : « Un tableau exécuté au plumetis, points d'arme et jours d'Alençon d'une façon remarquable. » et Rosalie Gadeau, une médaille d'or de seconde classe.
Fontenoy est considéré dès 1860 comme un des centres les plus importants de production de broderies en France dans l'ouvrage de statistiques économiques de Maurice Block, l'auteur considère que le salaire des brodeuses représente 70 % à 80 % de la valeur du produit.
Abel Daubié crée ses propres modèles en 1860 suivi en 1865 par son beau-frère Alexandre Robin. Ils ont des représentants qui voyagent en Europe pour présenter les collections.
L'Exposition universelle de Londres en 1862 distingue les broderies lorraines et entre toutes la Broderie de Fontenoy-le-Château. « Le centre de la grande production en broderies est dans les quatre départements de l'ancienne Lorraine ; Nancy et Metz sont au premier rang comme marchés importants, mais c'est dans le département des Vosges qu'on rencontre les aptitudes les plus spéciales. Les broderies qui ont remporté des médailles au concours universel de 1862 venaient presque toutes des Vosges, et les plus estimées de Fontenoy-le-Château. »
Jules Simon dans son essai économique "L'Ouvrière", paru en 1861, vante l'habilité des brodeuses de Fontenoy. Il dénonce le système des entrepreneurs placeurs d'ouvrages qui, d'après lui, empêchent les ouvrières d'avoir de l'amour-propre pour leur travail. La naissance des Grands magasins parisiens, où les clientes choisissent sur catalogue les modèles de chiffres à broder et où la nouvelle politique de vente est fondée sur des prix bas et la rapidité d'exécution des travaux, renforcera pourtant le rôle des placiers.
L'Exposition universelle de 1867 récompense de nombreuses maisons de broderie et d'art textile. Cependant le jury de l'exposition récompense la mairie de Fontenoy, et c'est l'unique commune récompensée, pour l'ensemble des brodeuses de la commune23. En outre, les maisons Millerot et Matthez étaient aussi récompensées pour leurs couverts étamés. Une fois de plus le métal et la broderie sont à l'unisson.
Dans la Géographie des Vosges parue en 1870 il est porté que l'industrie des broderies a pris depuis quelques années un développement considérable et que ces broderies s'écoulent en Europe et en Amérique.
En 1873, ce sont 500 personnes qui sont occupées à la broderie à Fontenoy. Les deux plus importantes entreprises de broderie étant à cette date la maison Gueprat et la maison Rodier-Robin.
Les brodeurs et brodeuses de Fontenoy remportent de nombreux concours. On les sollicite pour les cadeaux officiels. La beauté d'un écran brodé par Charles Marchand père et offert à l’amiral Avellan lors de la réception de la flotte russe dans la rade de Toulon en 1893 est restée dans les mémoires. Le bel écran n'arriva jamais à son destinataire, le chef-d’œuvre avait été volé pendant le transport.
L'année suivante le même brodeur remporte le concours organisé par les Grands Magasins du Louvre à Paris. Le concours visait à récompenser le ou la meilleure brodeuse de France, le travail devant être réalisé sur un mouchoir. Fontenoy remporte le premier prix grâce aux virtuosités conjuguées de Monsieur Marchand pour la broderie, de mademoiselle Desjacquot pour les jours et de monsieur Boisselier pour le dessin du motif. Les trois artistes sont récompensés par une médaille d'argent, la médaille d'or n'ayant pas été décernée, et empochent la somme de 500 Frs. D'autres artistes de Fontenoy sont également récompensés par une mention et reçoivent une gratification.
Le salaire des meilleurs brodeurs et brodeuses valaient ou dépassait le salaire des ouvriers les plus qualifiés, aussi était-il courant d'observer qu'une mère de famille, brodeuse émérite, soit déchargée de tout travail domestique pouvant lui gâter les mains.
Fontenoy exporte sa broderie mais aussi ses brodeuses vers l'Angleterre et l'Amérique. Les grandes maisons de broderie, comme la maison Robin, ouvrent des magasins de linges brodés dans différentes villes de France.
Jusqu'à la crise de 1936 le marché de la broderie de Fontenoy est florissant. Les ventes reprennent timidement jusqu'au bouleversement économique que crée la guerre de 1940. Puis commence le grand déclin qui aboutira à la fermeture du dernier bureau de broderie, celui d'André Grandmaire, en 1976.

En 1978 s'ouvrait le musée de la broderie, où sont exposés des pièces remarquables et du matériel pour broderie, tambours, métiers plats, carafes de brodeuse, machines à piquer pour encrer.

MUSÉE DE LA BRODERIE, DE LA MÉTALLURGIE ET DU PATRIMOINE ( (Fontenoy-le-Château)
Le musée de Fontenoy a ouvert ses portes afin de mettre en valeur le savoir-faire de nos anciens. Dans une commune qui compta parmi ses habitants Julie Victoire DAUBIE, 1ère bachelière de France en 1861, ce sont néanmoins des grandes traditions de travail à la main qui font la raison d’être de ce musée. Ainsi, la broderie est exposée dans 4 salles et les pièces qui y sont présentées reflètent un passé glorieux où Fontenoy était réputé dans le monde entier. Parmi les clients des brodeuses de Fontenoy figuraient notamment les cours Royales d’Europe, d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient. Dans une autre salle, l’histoire de la métallurgie dans la vallée du Côney est retracée du XVIIIème au XXème siècle à travers une exposition d’objets et de documents.

Le musée renferme aussi une petite exposition permanente traitant de la métallurgie dans la vallée du Côney et quelques pièces ayant trait au patrimoine local.

_________________
Image Image
"le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert" (Voltaire)
"Beaucoup de gens entrent et sortent de ta vie, mais seuls les vrais amis y laissent leur empreinte"

"allergique aux réseaux sociaux, merci de ne pas insérer mes documents sur "face de bouc ou touitteur"...  Image
https://fr.pinterest.com/ararat89/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 840
Localisation: IDF
Sexe: Féminin
Age: 62
Posté:  

J'ai appris très peu à l'école :

Des notions, crochet, boutonnière quelques points
Cela faisait partie de l'apprentissage
Notre maîtresse n'était pas une passionnée


Ni ma grand mère elle ne savait faire que les ourlets

Mais les rencontres ont fait que je me suis lancée
Et j'aime toucher à tout manuellement
Raté ou pas, j'essaye

_________________
Image


Haut
  Profil 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Déc 2016
Messages: 1291
Localisation: Belgique (Hainaut)
Sexe: Féminin
Age: 51
Posté:  

Début des années 70, l'art du fil était appris dans les écoles.
J'ai eu cette chance énorme d'y apprendre le tricot, la broderie, le crochet...
Dans les années 80 tous ces cours ne faisaient plus partie des grilles horaires :( peut-être à cause de l'arrivée de la mixité dans les classes ?
Cela ne m'empêche pas d'avoir donné la passion du fil à deux de mes garçons :lol: même si je me souviens qu'ils ont essuyé beaucoup de commentaires négatifs de notre dite "société"
Cela a complètement refroidi Elouan pour la couture (normal il n'a que 10 ans)seul Nathan continue de tricoter (il va avoir 23 ans) il peut donc mieux se défendre face aux critiques extérieures, surtout que cela fait une bonne dizaine d'années qu'il est tombé dans le tricot...

_________________
Image


Haut
  Profil 
 
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 4495
Localisation: Bourgogne - Auxerre
Sexe: Féminin
Age: 59
Posté:  

on ne peut que les encourager à continuer (ou à reprendre pour Elouan qui est très doué, nous en sommes témoins !) !

on ne trouve que du plaisir et de bien-être à se servir et créer de ses mains ! parfois en laissant l'imagination guidée nos pas ou en suivant un modèle (ce qui est parfois compliqué pour des novices comme moi...) ; mais le seul bonheur - même si il est un peu raté - de créer par nous même est immense et sans prix ! et puis... quoi de mieux pour se vider la tête !! au fil des points, des mailles... on finit par oublier, ne serait-ce qu'un moment, tout ce qui nous pèse ! et ça... c'est mieux qu'un comprimé Image

_________________
Image Image
"le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert" (Voltaire)
"Beaucoup de gens entrent et sortent de ta vie, mais seuls les vrais amis y laissent leur empreinte"

"allergique aux réseaux sociaux, merci de ne pas insérer mes documents sur "face de bouc ou touitteur"...  Image
https://fr.pinterest.com/ararat89/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 1592
Localisation: Franche-Comté
Sexe: Féminin
Age: 63
Posté:  

C'est dommage pour Elouan, d'autant plus qu'il est très doué. J'espère qu'il reprendra la couture.
Bravo à Nathan ! Je l'admire car, d'une part, je n'ai jamais vu un garçon tricoter et d'autre part, il a bien raison de continuer à pratiquer une activité qui lui plaît.
Et, puis, d'abord, c'est quoi cette image où la couture, la broderie, le tricot et j'en passe ne seraient réservés qu'à nous les femmes ?

_________________
Image


Haut
  Profil 
 
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 4495
Localisation: Bourgogne - Auxerre
Sexe: Féminin
Age: 59
Posté:  

le monde est ainsi fait - et je le déplore - qu'il donne un peu trop facilement une étiquette !!! et ce n'est pas une question de milieux même si, heureusement, les mentalités ont un peu évolué ! il reste malgré tout des clichés ridicules où certaines activités sont "féminines" et d'autres strictement "masculines" ; nous avons des amis chez qui c'est lui qui coud, tricote, fait la cuisine... alors qu'elle est bien peu intéressée par les casseroles et totalement allergique à tout ce qui est manuel... ce n'est pas pour pourtant qu'il manque de virilité ! et je souris rien qu'en pensant à ceci car il serait prêt à lever le poing si tel était le cas... il n'en reste pas moins un peu "macho" ce qui est totalement décalé par rapport à certaines de ses activités ! mais c'est ainsi et il assume et je trouve cela très bien !

je pense que ceci est lié uniquement à l'éducation et cela m'énerve ! quand j'entends contester le fait que les jeux d'enfants, les couleurs, les métiers à suggérer... sont "sexués", cela me paraît totalement crétin ! ne peut-on pas accepter une fois pour toute - et les parents sont les premiers responsables de cette prise de conscience - qu'un jouet par exemple ou une lecture peut aussi bien être utilisé et apprécié sans paraître "décalé"... petite - et ma soeur aînée également - j'aimais jouer autant avec mes poupées qu'avec les voitures, constructions en bois ou métalliques, garages avec mon cousin du même âge qui passait ses vacances chez nous ; nous partagions les jeux sans pour autant perdre notre identité ! et pourtant nous avons passé nos premières années d'école (maternelle puis primaire) en école non-mixte !!!

alors les mères et pères doivent faire en sorte de détruire ces idées fausses sur les métiers ou les occupations de loisirs !

_________________
Image Image
"le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert" (Voltaire)
"Beaucoup de gens entrent et sortent de ta vie, mais seuls les vrais amis y laissent leur empreinte"

"allergique aux réseaux sociaux, merci de ne pas insérer mes documents sur "face de bouc ou touitteur"...  Image
https://fr.pinterest.com/ararat89/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Déc 2016
Messages: 1291
Localisation: Belgique (Hainaut)
Sexe: Féminin
Age: 51
Posté:  

:/topla// je partage tout à fait ton point de vue Jackie

Quand je vois un petit garçon pleurer à chaudes larmes pour avoir une poupée et que les parents lui répondent que c'est pour les filles ça me met hors de moi :/colere/

_________________
Image


Haut
  Profil 
 
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 4495
Localisation: Bourgogne - Auxerre
Sexe: Féminin
Age: 59
Posté:  

France3 Normandie a partagé un article assez insolite ! des journalistes de la BBC ont rencontré une Anglaise qui, depuis deux ans, s'est lancée dans un défi fou: réaliser, toute seule, une reproduction de la Tapisserie de Bayeux en taille réelle, soit 70 mètres de toile à broder.
Image

"Nos voisins anglais ne sont pas rancuniers. La Tapisserie de Bayeux célèbrent la conquête de leur trône par le Duc de Normandie, Guillaume Le Conquérant. Et pourtant, cette pièce inestimable suscite chez eux une véritable admiration. c'est qu'elle constitue aussi une partie de leur histoire. Et ils pourraient bientôt la contempler à loisir à domicile. En janvier dernier, un prêt a été évoqué lors du sommet franco-britannique. Ce geste diplomatique a fait la Une outre-Manche. Mais ne se concrétisera pas avant 2023.
En attendant, certains sujets de Sa Majesté n'ont pas hésité à se lancer eux-mêmes dans la conception d'une reproduction de ce célèbre objet patrimonial. C'est le cas notamment d'Andy Wilkinson, un ingénieur du métro londonien, qui a passé 18 ans de sa vie à tisser à l'échelle 1/2 la partie représentant la bataille de Hastings. Son oeuvre a été achevée en 2013. Longue de 12 mètres, elle a été exposée à l'abbaye de Battle dans l'East Sussex, le lieu où s'est déroulée la Bataille en 1066.
Les journaliste de la BBC ont donc rencontré une Anglaise qui a décidé de pousser le défi encore plus loin. Dans la région de Cambridge, Mia Hansson s'est mise en tête de réaliser une reproduction grandeur nature de la Tapisserie de Bayeux. Comme pour l'oeuvre originale, elle utilise du lin et du fil teint à la main.  En un peu moins de deux ans, elle a déjà réalisé 13 mètres de fresque. Il lui faudra encore huit années de labeur pour compléter les 70 mètres de tapisserie. "J'avais confectionné quelques pièces de petites tailles pour les offrir à des amis. C'est alors qu'on ma raconté que des reproductions avaient déjà été faite à l'échelle 1/3. Ça a a réveillé mon esprit de compétition et je me suis dit: je peux le faire !", raconte Mia Hansson dans le reportage de la BBC (désolée, il est en anglais mais on peut comprendre - et notamment lire - les commentaires)

/:cliquer:: https://www.bbc.com/news/av/uk-england- ... orting-map

_________________
Image Image
"le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert" (Voltaire)
"Beaucoup de gens entrent et sortent de ta vie, mais seuls les vrais amis y laissent leur empreinte"

"allergique aux réseaux sociaux, merci de ne pas insérer mes documents sur "face de bouc ou touitteur"...  Image
https://fr.pinterest.com/ararat89/


Haut
  Profil Site Internet 
 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 2017
Messages: 251
Localisation: Bourgogne
Sexe: Féminin
Posté:  

la tapisserie de Bayeux est tellement fragile que le voyage pour elle en Angleterre est fortement contesté par les spécialistes.

Elle est actuellement en restauration,et son sort va être décidé.

En plus la ville de Bayeux va perdre beaucoup de son attrait pendant les 5 années de son expatriation en Angleterre.

Doit on vraiment déplacer cette vieille Dame de près de 1000 ans???

A ses risques et périls!

_________________
marie claude


Haut
  Profil Site Internet 
 
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 2015
Messages: 4495
Localisation: Bourgogne - Auxerre
Sexe: Féminin
Age: 59
Posté:  

c'est vrai que le projet est peut-être un peu excessif ! mais cela permet aussi aux générations et aux différents peuples de découvrir les oeuvres et l'histoire d'autres nations ! comme nous l'avons fait, parfois avec moins de précaution et de respect, pour des oeuvres historiques d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique...

_________________
Image Image
"le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert" (Voltaire)
"Beaucoup de gens entrent et sortent de ta vie, mais seuls les vrais amis y laissent leur empreinte"

"allergique aux réseaux sociaux, merci de ne pas insérer mes documents sur "face de bouc ou touitteur"...  Image
https://fr.pinterest.com/ararat89/


Haut
  Profil Site Internet 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit